Vendredi 16 octobre 2009 5 16 /10 /Oct /2009 00:18

Voici un bien triste anniversaire à évoquer...C'était il y a 216 ans!
En ce 16 Octobre 1793, il est très exactement 12h15 lorsque la tête de Marie-Antoinette tombe dans le panier du bourreau.
Comment a-t-on pu en arriver là?

Sur cette gravure Marie-Antoinette, en habit de deuil sort de la Conciergerie, escortée d'hommes en armes afin de se rendre sur le lieu de son supplice. On voit les roues de la sinistre charette qui allait l'y conduire.

Fallait-il vraiment guillotiner la reine de la France, celle dont son frère Joseph II, empereur d'Autriche avait dit, non sans une certaine lucidité, qu'elle était "une tête à vent"...
Remarque d'une ironie destructrice et malheureusement prémonitoire!

Rien ne peut justifier le véritable martyr que les révolutionnaires les plus extrêmistes ont fait subir à la malheureuse reine, même si elle avait commis bien des erreurs.
D'ailleurs, voyons le commentaire que sa mère Marie-Thérèse, impératrice d'Autriche (1717-1780) faisait en 1770, en parlant de sa fille encore jeune qui vient d'être intronisée Dauphine de France:
"Sa nonchalance, son peu de goût pour toute application sérieuse, son indiscrétion, me fournissent plus d'un sujet de crainte.."

Née le 2 Novembre 1755, elle était la petite dernière de la nombreuse famille de Marie-Thérèse d'Autriche et de François de Lorraine qui eurent quand même 16 enfants dont 10 arrivèrent à l'âge adulte!!!
On aurait pu ajouter que dès son plus âge, Marie-Antoinette, ou plutôt Antonia puisque c'est ainsi qu'elle s'appelait en Autriche, était une enfant rieuse et espiègle mais aussi moqueuse voire insouciante, ce que l'on voit parfaitement bien sur le joli portrait ci-dessous où on a l'impression qu'elle fait un gros effort pour ne piquer une crise de fou rire...Enfin, cette interprétation n'engage que moi!



Quant à son frère devenu Joseph II Empereur d'Autriche, il est encore plus sévère lorsqu'il lui rend visite en 1776 alors que, devenue Reine, elle engage l'argent qu'elle n'a pas dans de folles dépenses...Le jeu et les bijoux en particulier!
De plus, il lui reproche particulièrement tous ces bals masqués à l'Opéra, où la Reine a coutume de se rendre et de rester fort tard dans la nuit, bien sûr sans être accompagnée du malheureux Louis XVI:

"Quelle indécence!...Je dois avouer que c'est le point sur lequel j'ai vu le plus se scandaliser tous ceux qui vous aiment et qui pensent honnêtement. Le roi abandonné toute une nuit à Versailles, et vous, mêlée en société et confondue avec toute la canaille de Paris!...Je tremble actuellement du bonheur de votre vie, car ainsi à la longue, cela ne pourra aller et la révolution sera cruelle ..."

Vision à nouveau prémonitoire pour laquelle Marie-Antoinette n'aura pas la moindre attention!


Sur ce double portrait, à gauche Marie-Thérèse d'Autriche, mère de Marie-Antoinette, à droite son fils, Joseph II, frère de Marie-Antoinette. L'un et l'autre avaient prévu que le comportement de la reine allait lui amener de graves ennuis.

C'est un Tribunal révolutionnaire beaucoup plus avide de vengeance que de justice qui l'avait condamnée mais juridiquement il n'y avait pas de charges réelles à son encontre. Elle avait ainsi subi un procès perdu d'avance, et elle le savait parfaitement après la condamnation et la mort de Louis XVI le 21 Janvier 1793.

Marie-Antoinette était frivole, tout le monde le sait et cette frivolité coûta cher aux finances de la France et cela nul ne peut le nier.

Sur cette illustration (Source:Wikipedia) nous voyons Marie-Antoinette posant pour une gravure de mode...Etait-ce bien le rôle d'une reine?

Ajoutons que ce n'était pas une "intello", mais après tout, ce n'était pas non plus ce qu'on lui demandait. On avait coutume de dire qu'elle n'ouvrait jamais un livre, sauf si c'était une pièce de théâtre!
En effet, Marie-Antoinette avait tout simplement une vocation de comédienne. Sa passion depuis toujours c'était le théâtre. Peut-être rêvait-elle sa vie plutôt que de l'assumer, mais on ne peut refaire l'histoire!
Cependant, nous lui devons ce merveilleux théâtre du Petit Trianon où elle faisait jouer les opéras de André-Ernest Grétry, son compositeur préféré.


Voici le plan en coupe du théâtre du Petit Trianon tel qu'il était prévu et voici le résultat aujourd'hui, une salle pleine de charme qui heureusement  a pu être restaurée à l'identique de ce qu'elle était à l'époque....






Avec le recul du temps, nous pouvons constater que Marie-Antoinette aurait peut-être du montrer un peu plus de compassion, vraie ou feinte, envers le peuple de France qui avait particulièrement souffert certaines années de mauvaises récoltes.
Or, elle ne fut que très rarement au contact du peuple afin de compatir à ses malheurs alors que la rumeur publique a besoin de s'alimenter de signes officiels, voire ostentatoires!
Bref, la Reine aurait certainement eu intérêt à faire quelques déplacements en province avec bains de foule ou des visites dans les hôpitaux et orphelinats, avec de nombreux témoins bien évidemment!
Même si la télévision n'existait pas, les gazettes étaient florissantes et véhiculaient de manière très médiatique leur lot de révélations vraies mais surtout fausses concernant la Reine!
C'est ainsi que s'est bâtie la mauvaise réputation de celle qu'on appelait "l'Autrichienne".

Mais la Reine préférait rester en petit comité, entourée de ses favoris, vivant au milieu de toutes les belles choses dont elle avait eu le bon goût d'encourager la création...
Ainsi ce joli fauteuil orné d'un délicat encadrement sculpté de rubans, de fleurs et de pommes de pin que l'on peut admirer aujourd'hui, restauré dans sa chambre au Petit Trianon et dont je vous présente un détail pris en photo lors de ma dernière visite!





 Marie-Antoinette va mourir en martyr à 12h15 après avoir quitté la conciergerie à 4h du matin à l'issue d'un procès qui fut un réquisitoire permanent.

Elle livre un dernier adieu à ses deux enfants,
le malheureux Louis XVII dont elle fut séparée et madame Royale qui sera la seule survivante de la période révolutionnaire...






Quelque soient ses torts et ses erreurs, en aucun cas Marie-Antoinette, selon moi, ne méritait le sort qui lui fut réservé...
Sans remettre en cause la légitimité de la révolution, il faut quand même replacer les "erreurs" de la Reine à une juste proportion. Bien d'autres ont fait bien pire avant elle, et bien d'autres le feront après!!!

Par elen - Publié dans : histoire - Communauté : Histoire
Merci de votre commentaire... - Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil

Mon dernier livre

img027                                                                                                 A COMMANDER A LA FNAC

Copyright


Textes publiés sous copyright qui ne peuvent être reproduits sans mon autorisation.
 

Catégories


Pour nourrir un animal abandonné, c'est simple et gratuit, il suffit de cliquer ici!

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner



fourrure-20affiche560.jpg

Derniers commentaires après modération

Recherche

Recommander

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés